Tout connaître sur
le monde des insectes !
Insectes > Ténébrion

Ténébrion

Le ténébrion appartient à la famille des Ténébrionidés et à l’ordre des Coléoptères.

Ténébrion

Il présente une allure assez allongée, une carapace brune à noire luisante, comme lustrée, et trois paires de pattes relativement courtes. Il possède des ailes bien qu'il ne vole pas. Son corps est divisé en plusieurs segments. Cette cuticule rigide qui lui sert d’exosquelette subit de nombreuses mues avant d'atteindre sa taille adulte.

Le ténébrion se nourrit de céréales et ses larves, qui ressemblent à de gros vers blanchâtres, ne s’épanouissent jamais aussi bien que... dans la farine ! C’est pourquoi on les surnomme souvent « vers de farine ». Il évolue et se développe dans tous les milieux avec une prédilection pour les zones de stockages agricoles, terreur des cultivateurs, meuniers et autres boulangers.

De plus, il prolifère très rapidement. La femelle pond idéalement ses œufs dans la farine pour leur assurer une croissance des plus riches ! Une fois la nymphe transformée, le ténébrion vaque à ses occupations dans un environnement de sous-bois, d’écorces, dans lesquels il peut se camoufler à merveille.

Il est omnivore, mais se nourrit également de tout ce qui à l’état de décomposition. Son espérance de vie est d’environ trois mois.

Contrairement aux autres insectes, c’est finalement plus la larve du ténébrion qui est connue. Haï des uns, il est toutefois élevé et commercialisé par d'autres, notamment, pour servir d'appât de pêche, ou encore pour l’alimentation animale ; les oiseaux, les reptiles, les batraciens et les poissons en sont particulièrement friands.

Très riches en protéines et en calcium, les larves sont aussi très appréciées dans certaines régions du monde et finalement pas les plus reculées. Si manger des insectes est courant en Afrique et en Asie, les déguster chez nous s’apparente encore à un nouveau snobisme, camouflé sous l’excellence des protéines fournies en une seule bouchée. Ainsi les vers de farine se cuisinent dans certains restaurants sautés, en soupe, en sandwich, lyophilisés... pour le plus grand bonheur des écolos puisque leur élevage est peu contraignant et n’entraîne pas de désordre dans les écosystèmes de la planète !

Il n’est pas rare non plus d'étudier le ténébrion en cours de sciences naturelles tant son observation et ses différentes mues sont distinctes et fascinantes. Il suffit de peu d’espace - un terrarium empli au fond de farine sera parfait - et d’un tantinet d’organisation pour les voir évoluer au quotidien. Une analyse parfaite et intéressante pour les enfants.

Mais attention : certaines espèces sont imprégnées de parasites et mieux vaut bien se renseigner au préalable selon l’usage que vous souhaitez en faire !

Insectes > Ténébrion